Merci pour vos remarques qui montrent l’intérêt que vous portez à ce beau projet du nouveau cinéma.  Cependant votre argumentaire est, en tous points, contestable.

Vous faites volontairement l’amalgame entre les investissements municipaux publics et l’investissement privé de la construction du cinéma :

-          La réalisation, la viabilisation et l’entretien d’un parking public, sont naturellement de la responsabilité et à la charge de la Commune.  

-          La construction du cinéma est financée à 70 % par l’exploitant ; ce bâtiment sera, à la fin du bail, propriété de la Commune.

-          Le service des Domaines, a été consulté pour l’estimation chiffrée de la transaction. Les valeurs retenues correspondent à leur réponse. 

Vos affirmations sont souvent fausses ou mal documentées :

-          « terrain de près d’un hectare » : FAUX La surface donnée à bail est de 2224 m² (article 2) et non de 10.000 m².

-          « loyer quasi gratuit » FAUX. 23000 € minimum par an.

-          Des frais de fonctionnement non définis : FAUX

  •    Le compte de résultat prévisionnel du cinéma a été établi et présenté aux divers partenaires (Commune, CNC, Région, établissements bancaires) ; il n’a fait l’objet d’aucune critique ou remise en cause.
  •    les conditions précises de répartition des frais de fonctionnement  sont décrites dans l’article 27 : ils sont tous à la charge du Cinéma (chauffage, électricité, nettoyage) !

-          Possibilité de cession des parts : VRAI, mais ce n’est pas un privilège : c’est l’application du droit public ; « Les cinémas du Nord-Bassin » resteraient solidairement garants du respect des engagements initiaux.

-          Possibilité de changer l’activité : FAUX : il y a obligation du cinéma de réaliser un bâtiment conforme au projet (art. 10.1), et aucune modification ne peut être apportée sans l’accord écrit de la Commune

Vos affirmations sont sans fondement :

Sur les « évolutions technologiques qui révolutionneront la distribution cinématographique d'ici une vingtaine d'années et non pas 50 ans » :

Voilà un siècle que l’on proclame que le cinéma est mort ! il ne s’est jamais aussi bien porté : plus de 200 millions de spectateurs tous les ans, 1er marché d’Europe, jamais autant de jeunes dans les salles de cinéma… Les investissements massifs des grandes sociétés (Pathé, UGC, MK2, CGR)  - voir l’exemple de Bordeaux- montrent bien que vous êtes bien le(la) seul(e)  à ne pas croire à l’avenir du 7emeArt !

Enfin, il faut rappeler que les « surprenantes contraintes pour la commune qui ne disposera de sa salle que 16 (seize) jours par an… » ont été négociées avec l’équipe municipale, à l’initiative même de la personne qui est aujourd’hui opposée au projet.

Précisons également que la demande initiale de cette même élue n’était pas d’une capacité de 360 places, mais d’une salle « d’au moins 500 places » (souci des finances de la commune ?)

Rappelons enfin que le nombre de jours de mise à disposition de la salle correspond à l’attente de la Commune en fonction du volume annuel d’animations raisonnablement envisageables.

En conclusion, rappelons que diffuser des « fakes news » ne les a jamais transformées en vérité…

Pour plus d’informations voici des extraits du projet de bail soumis au Conseil Municipal :

Art : 10.1

Le preneur s'oblige à édifier ou faire édifier à ses frais, sur le terrain présentement loué, des constructions conformes au descriptif exposé ci- après. Il ne pourra apporter au projet de construction ainsi défini aucune modification d'exécution ou de détail sans avoir obtenu par écrit l'accord du bailleur à leur sujet.

Art. 10-15

Le preneur pourra céder, conformément à la loi, tout ou partie de ses droits ou les apporter en société à des tiers de son choix. Les cessionnaires ou la société bénéficiaire de l'apport devront s'engager directement envers le bailleur à l'exécution de toutes les conditions du présent bail à construction.

Ils demeurent tenus solidairement entre eux, vis-à-vis du bailleur, des mêmes obligations que le preneur, et celui-ci en reste garant jusqu'à l'achèvement des constructions qu’il s'est engagé à édifier aux termes du présent contrat.

Article 27 - Conditions d’utilisation des locaux vendus.

…La société LES CINEMAS DU NORD BASSIN mettra à la disposition de la commune :

-              les fluides nécessaires pour la réalisation des spectacles

-              les guichets de vente de billetterie nécessaire.

La vente de billetterie et le contrôle des entrées seront effectués par du personnel de la commune.

Le nettoyage après spectacle sera effectué par La société LES CINEMAS DU NORD BASSIN. Les équipements techniques cinéma (écran polichinelle, déplacement et remise en fonction des enceintes sonores) ainsi que la mise sous tension puis au repos de la régie spectacle vivant, seront réalisées exclusivement par le personnel du cinéma.